Le bout du monde - 4 -

Publié le par Anthony

Aujourd'hui la vieille veuve n'arpente plus les planches du quai. Ce quai n'est plus, la vieille non plus. La mer à eu le temps de baisser et de remonter sa jupe maintes et maintes fois. Les dunes autour du village se sont déplaçées. Ces géants à l'air immobile et qui pourtant grignotent les terres quand l'homme tourne le dos. Le village aussi à grandi. Son antique quai de châtaigner à laissé la place à une rade de beton. Les moules et bulots s'y accrochent toujours, rejoint par de nouveaux locataires de plastique. Sur les quais les rafiots s'hérissent d'antennes et de radars tournicotant. Les femmes travaillent et confient leur hommes aux bienfaits technologiques plutôt qu'aux saints locaux. Les veuves sont moins nombreuses, mais les histoires ont traversés les générations comme des noix de coco les océans, germant là où elles échouaient.


Dans la maison de retraite du bout du monde une mamie se souvient. Elle se souvient de sa vieille mère qui le soir sortait sur la jetée, guettant l'océan qui lui avait pris ces deux hommes, mari et fils. Elle haissait cette flotte, ces vagues, cette ecume grondante, le ballet incessant des mouettes. Elle avait priée sa fille de fuir au plus vite, de fuir la malédiction de la famille, fuir et tenir au loin ceux qu'elle aimait. Alors mamie était partie bonne à la capitale. Lors d'un bal un contremaître l'avait courtisée. Ils c'étaient mariés et avaient eu un fils. Il y avait eu la sale guerre, et au retour le mari avait changé, d'aimant et attentionné il était devenu aigris et violent. Parfois le soir, ivre, il s'oubliait. Le fils partit sans laisser de traces, laissant le couple vivre au fil des silences et des coups de sang du mari. Puis il mourut, peut être que la mamie l'y aida un peu, peut être. Quelques mois plus tard elle avait reunit ces affaires et déménagea pour son village natal. Une petite maison de retraite près du port, au bout du monde.

Depuis 10 ou 15 ans elle jouait aux cartes, bavardait, regardait l'océan. Le même regard que sa mère, comme si son père et son frère allait en émerger. Aujourd'hui elle pensait à son fils, il était resté loin de la mer, elle le souhaita. Avait t'il des enfants ? Elle regarda une dernière fois par la fenêtre, elle ferma les yeux, prête à rejoindre les siens. Elle était sûr de les retrouver derrière le voile de la mort. Elle se trompait. Enfin elle expira et lâcha les amarres.

Publié dans Le bout du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charles 08/06/2009 21:07

me revoilà! je vais enfin lire tout ce que j'ai manqué!

A2 26/03/2009 10:59

il est bien ce texte! le rythme tout ça! mais là je suis perdue, j'avoue... comment tout ça va se lier, dis? c'est où réellement ce bout du monde? c'est quoi les liens entre ces gens? y'a quoi dans ta tête?

Anthony 26/03/2009 20:50


Que tu soit perdus à ce niveau du texte, c'est normal... Par contre si tu l'es toujours a la fin, c'est que j'aurait raté le coche ^^.



LIZA 25/03/2009 19:43

Intéressant ton bout du monde Je viens d'accepter ton entrée à la VITRINE DES LIBRAIRES Merci de ton inscription
LIZAGRECE

Anthony 26/03/2009 09:26


Merci à toi


Charles 25/03/2009 16:07

C'est fini? C'est le dernier? (Ou après il y a l'histoire du fils peut-être?) En tout cas j'ai beaucoup aimé! Continue de produire!